Celui qui prévoyait en mode agile

woman-hand-smartphone-desk

Bonjour à toi.

Pour finir la semaine calmement, on va parler planification. Oui, je sais tu aimes ça, mais si tu prends un peu de temps pour planifier tes projets ta semaine va bien se passer, promis. Ici, on se remet en mode agile et on bouleverse nos habitudes.

Tout d’abord, précision que, peu importe la méthode ou l’approche, la planification est une étape nécessaire à chaque projet. Ici, elle se fait par étapes, on planifie chaque action en fonction de ce que nous avons déjà réalisé. D’une part, cela nous permet d’avoir un retour constant sur notre travail, dont le changement fait partie intégrante du processus, d’autre part, nous affinons ainsi notre stratégie au fur et à mesure des décisions.

La planification offre une vision globale du scénario, en mode agile, elle permet de rassurer le client, qui obtient des versions intermédiaires du projet et affine ses besoins en conséquence, mais aussi peut s’organiser en fonction de l’avancement (opération de communication, rendez-vous avec l’équipe projet…). Cette approche nécessite néanmoins une réelle implication de l’équipe, qui devra s’investir et s’impliquer totalement dans le projet.

La planification en agile se regroupe autour de 4 niveaux de planification :

  1. La vision d’ensemble : on fait une estimation globale du temps de travail nécessaire à la réalisation du projet, pour cela, on peut s’aider de la technique de « la sagesse des foules« . On recueille 3 estimations différentes de 3 personnes selon le calcul suivant : (temps pessimiste) + (4xtemps intermédiaire, c’est-à-dire l’avis de nos 3 spécialistes plus le nôtre) + temps optimiste / 6 = une estimation renforcée de la durée de réalisation
  2. La fixation des jalons : afin de structurer et cadrer le projet, on fixe des étapes clés ; cela nous permet aussi de prévoir les releases (versions intermédiaires du produit avec des fonctionnalités précises) ainsi que leurs dates de début et de fin
  3. La planification des itérations – ou time boxing : cette planification correspond à une durée fixe, qui permet d’évaluer le temps nécessaire à la réalisation d’une tâche, une fois cela déterminé, elle nous offre un repère pour planifier une date de début et de fin de l’itération. Il faudra également préciser avec soin chaque tâche à réaliser pour cette action
  4. La planification quotidienne : prendre le temps de faire le point avec son équipe chaque jour, établir un bilan de la veille et de la charge de travail restante pour planifier et prévoir au mieux chaque itération restante et la durée nécessaire au projet

L’approche agile ne se substitue pas d’un cahier des charges, mais celui-ci reste simple et va droit à l’essentiel des fonctionnalités. Cela implique également d’accepter le changement et de favoriser la collaboration et la valeur ajoutée de chacun des acteurs (clients, équipe), mais aussi du retour des acteurs extérieurs (utilisateur final, par exemple) sur l’avancement et l’usabilité du projet.

J’espère que tout cela devient plus clair pour toi.

Je suis à ta disposition pour toutes questions et te souhaite une excellente fin de week-end 😉

Sources : 

Management de projet, (Licence Pro ATC STIC – IUT Marne-la-Vallée) – 2014/2015

Florant Lothon, Introduction aux méthodes agiles. L’agiliste. http://www.agiliste.fr/introduction-methodes-agiles/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s