Celui qui savait rebondir

startup-photos

Bonjour public.

Au début de la semaine, je t’ai présenté un petit outil en puissance pour aborder la gestion des tâches sous un nouvel angle, maintenant, on s’attaque au cœur du problème. Le projet. Si tu souhaites en savoir plus sur une méthode de conduite collaborative, flexible et valorisante pour ton équipe… Ne cherche plus, je suis là.

La gestion de projet en mode agile, c’est une méthode d’avancement où le projet est regroupé en unités de temps (ou itérations). On opère un cycle de vie assez court sur les tâches à effectuer, pour ainsi offrir une version intermédiaire du projet. Cela permet en pratique d’offrir une bonne visibilité du projet au client, et augmente ainsi sa confiance dans le projet par des previews régulières ; on construit ensemble une solution sur-mesure pour répondre à sa problématique.

En agile, il s’agit d’identifier des objectifs clairs et à court terme, afin de pouvoir, rebondir et réagir à tous moment sur les problèmes rencontrés. Cette conduite implique également une très forte motivation de l’équipe projet, qui doit être disponible, investie et capable de s’adapter aux situations. Néanmoins, cela ne dispense pas une analyse et une gestion des risques en amont, qui sont parties prenantes du projet.

Cette méthode permet d’accepter le changement et de l’intégrer à une pratique collaborative, de plus, elle apporte également une forte valeur ajoutée au projet, car les propositions sont adaptées et évoluent en même temps que le projet.

Elle met ainsi en lumière les indicateurs suivants :

Planification : un planning adaptable, qui comprend macro et micro planification par itérations ou time boxing (période volontairement limitée dans le temps)
Documentation : un cahier des charges et des ressources simplifiées, qui évolue en fonction des besoins et du projet ; ici, on se focalise sur la production et la réalisation plutôt qu’à la rédaction et la conception
Qualité : le contrôle de la qualité et la visibilité du projet s’effectue en permanence, au niveau du projet et du processus de production
Mesure du succès : les indicateurs de l’avancement du projet sont les missions et tâches restantes, ainsi que les visions intermédiaires du produit

Avant de partir, n’oublie pas que la gestion d’un projet doit répondre à ses objectifs et s’adapter au client. Par exemple, il est intéressant de commencer par une approche prédictive (l’article arrive, ne sois pas impatient mon petit), afin de planifier et prévoir un cahier des charges bien construit, afin d’éviter toute déconvenue avec un client. Un projet s’adapte, s’organise et se crée en fonction de la demande du client. Chaque solution doit trouver l’équilibre entre  créativité (je me fais plaisir) et possible (ce que je peux faire en fonction des moyens).

Dans le prochain article, nous aborderons la planification de projet lié à la méthode agile. Passionnant, je te dis.

En espérant illuminer tes connaissances, je te souhaite une bonne journée 🙂

Sources :

Management de projet, (Licence Pro ATC STIC – IUT Marne-la-Vallée) – 2014/2015

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s